Essayer avec un prestataire aguerri pas cher dans la saisie informatique et de la télésecrétariat!
Cyberworkers

Le télétravail offshore et l’outsourcing sont-ils un danger ?

On pense que faire appel à des télétravailleurs offshore des pays du Sud pour des projets ponctuels, voire que l’outsourcing pénalise les prestataires et freelances des pays du Nord.

 

Interview du fondateur de Progonline et de Graphistesonline, Gabriel Cian.

Qui sont vos clients, ce sont les prestataires ?

Nous avons plus de 65.000 prestataires, développeurs en free-lance ou sociétés basées dans le monde entier qui souhaitent mettre à disposition leurs compétences auprès de nos 30.000 donneurs d’ordres qui sont soit des sous-traitants professionnels, soit des clients finaux.

Progoline regroupe plus que des informaticiens

Oui à l’origine, mais notre activité bifurque sur plusieurs domaines de compétence plus adaptés notamment au télétravail, comme par exemple la traduction, l’infographie, la création de contenu…

 

Les prestataires sont-ils en France ou dans les pays en voie de développement ?

Une bonne moitié des prestataires sont des free-lances français. Les autres sont « offshores », marocains, tunisiens, roumains et malgaches.

Nous avons remarqué que les prestataires français fournissent une prestation plus chère, mais également de meilleure qualité.

Quel est votre modèle économique ?

Nous percevons une commission de 15% sur chaque projet réalisé avec succès.

Dans le cas où le prestataire ne remplirait pas sa tache, le client est remboursé à 100%.

Sans nous le prestataire demanderait un acompte avant de commencer le projet. Le client n’aurait pas la confiance nécessaire et ne donnerait pas son accord.

Sachant que du jour au lendemain, un prestataire marocain ou malgache pourrait disparaître avec 20 ou 30% du montant du projet qui correspond à l’acompte sans avoir plus de garantie que cela.

 

A 100% ?

Il serait malhonnête de faire payer un client insatisfait.

Sur 250 projets actuellement réalisés, nous en avons eu un nombre extrêmement restreint qui sont arrivés en arbitrage ou en médiation.

Comment faites-vous pour éviter les litiges ?

Tous les projets passent par une phase de validation au cours de laquelle nous jugeons la faisabilité et la précision du cahier des charges.

Vous faites la rédaction du cahier des charges ?

Si la tache est simple, la rédaction d’un cahier des charges n’est pas nécessaire.

La formalisation des besoins est comprise dans notre commission de 15%.

Si le cahier des charges dépasse une certaine complexité, nous demandons à des partenaires indépendants d’intervenir pour effectuer une analyse qui sera payante. Ensuite, nous pourrons diffuser le projet.

Quels sont les engagements pris entre vous, les clients et les prestataires ?

Le contrat est conclu entre le prestataire et Progonline d’une part et entre Progonline et le client d’autre part.

En cas de désaccord entre le client et le prestataire, Progonline va confronter le cahier des charges à la réalisation, et proposera soit une solution de médiation à l’amiable pour résoudre le conflit, soit un arbitrage qui sera sans appel face à la justice d’Etat.

On ne peut pas contester votre arbitrage ?

Dans notre contrat, une clause précise l’engagement des parties à faire appel aux processus de médiation et/ou d’arbitrage.

Pour plus d’informations, je vous invite à consulter ce lien concernant la législation.

Qui facture le client, le prestataire ou vous ?

Le client s’engage à payer dès le début le montant du projet sur notre compte. Nous le facturons puis reversons la somme au prestataire en déduisant notre commission. Si jamais la prestation n’est pas conforme, le client est remboursé.

Vous facturez et assurez la maîtrise d’ouvrage, et vous faites un arbitrage, vous êtes juge et partie ?

Si vous avez envie que votre site fonctionne et que les gens reviennent, à ce moment là votre intérêt c’est de rendre le verdict honnête.

Pourquoi ne pas être un intermédiaire de mise en relation, comme toutes les places de marché ?

C’est beaucoup moins intéressant car les prestataires et le client recherchent une solution pour ne pas prendre de risque concernant le paiement…

Aux Etats-Unis, on a des acteurs qui pratiquent votre modèle ?

Rentacoder.com est similaire. J’évalue le chiffre d’affaires à 50 MUSD/mois, preuve qu’il y a un marché !

Peut-être les mentalités sont-elles différentes, en France, car on vous reproche de favoriser la délocalisation

Depuis le début de l’activité, en février 2005, nous avons des critiques systématiques par mail et par téléphone. On nous a même dit que les écoles d’ingénieurs fermeraient à cause de sociétés comme la nôtre.

En mai, 01 Net a titré « L’offshore en ligne fait encore grincer les dents », suite à des réactions très hostiles à votre encontre, que s’est il passé ?

Dans le cadre d’un appel d’offres où plusieurs prestataires internationaux et français se sont proposés.

Un prestataire marocain en télétravail, qui était déjà évalué très positivement chez nous, a eu le marché pour un budget d’environ 1000 €.

Deux prestataires français nous ont attaqués de façon très violente, ils m’ont même harcelé au téléphone pour en arriver à m’insulter de manière très vulgaire. Ils pensaient que travailler avec des prestataires étrangers en télétravail est illégal.

La délocalisation, le travail offshore, l’externalisation (OutSourcing) sont en place à des échelles incroyablement plus grandes que sur notre site. Je pense à Accenture qui a 200 développeurs en Roumanie, par exemple.

Bon nombre de prestataires français travaillent avec Progonline et sous-traitent des parties de leur projet.

Cela veut donc dire que cela marche !

 

 

 

Demandez un devis

  • Merci de décrire votre demande en précisant :
    • L'activité de votre entreprise.
    • Le contexte de votre demande.
    • Pourquoi et comment vous souhaitez sous-traiter.
    • A quel moment, nous pouvons vous contacter pour une première estimation.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.