Cyberworkers

L’avis des télétravailleurs

Vous êtes télétravailleur et cherchez des missions ?

Télétravail : et si c’était à refaire ?

Même si les premiers temps de votre entreprise seront difficiles, il sera impossible d’être licencié,surtout si vous êtes votre propre patron !

Pourtant, la solution de créer son emploi pourrait être un atout majeur, à une échelle locale et globale, dans la lutte contre le chômage. La vraie question que pose l’émergence du télétravail est bien celle de l’indépendance personnelle.

Quand on devient indépendant, la seule question qui compte, semble-t-il, est : combien cela va-t-il me coûter en charges ? Cette hyper taxation n’est pas anodine, elle vise en effet à maintenir les gens dans un état de passivité proche de celle d’un troupeau.

Lorsque nous discutons avec des télétravailleurs, nous observons toujours les mêmes freins.

Pour répondre à cela, nous avons posé ces questions à quelques membres du réseau Cyberworkers.com, voici leurs réponses.

 

Comment être sûr de sa capacité à télétravailler ?

  • Faire un bilan de compétence pour savoir si l’on est naturellement apte au télétravail (esprit, envie).
  • Avoir conscience de ses forces et faiblesses et donc, de ses compétences réelles (humaines et professionnelles).
  • Maîtriser à fond son métier, quitte à suivre un complément de formation.

Comment connaître son marché ?

  • Faire des recherches sur son métier, sur son évolution.
  • Discuter avec des clients potentiels et comprendre leurs besoins.
  • Situer la plus proche concurrence et étudier ses offres.
  • Si certains secteurs semblent déjà bouchés, développer un service en plus pour se démarquer.

Comment calculer son budget ?

  • Budgéter tous les moyens possibles pour se faire connaître ou récupérer des prospects.
  • Se concentrer sur le travail et pas forcément sur les investissements en immobilisation.
  • Après avoir fait un prévisionnel, réduire les dépenses au maximum.

Comment minimiser les risques ?

  • Afin de choisir son statut, il faut tout d’abord se renseigner sur les différentes obligations sociales et fiscales.
  • Souvent, les solutions de portage salarial ou d’intégration en coopérative d’emploi sont un bon moyen de démarrer son activité sans prendre de risque.
  • Prospecter avant de se lancer et, si possible, le faire lors d’une période de chômage pour éviter de perdre du pouvoir d’achat.
  • Il ne faut pas hésiter à offrir ses services ou faire des stages chez les futurs clients ou employeurs. On commence le télétravail avec des références et une confiance en soi.
  • Démarrer avec un carnet de contacts est un plus évident.

Quelles sont les erreurs à ne pas faire ?

  • Douter de soi ou à l’inverse se sentir supérieur.
  • Ne pas avoir le soutien de son entourage proche.
  • Se lancer seul, sans en parler à personne et sans demander de conseil et d’avis extérieur.
  • Se lancer tête baissée sans réfléchir aux conséquences si ça ne marche pas.
  • Investir plus que de raison ou s’endetter dès le début.
  • Casser les prix, se brader.
  • Attendre que le travail arrive tout seul.
  • Ne courir qu’après une seule affaire à la fois.
  • Se désespérer trop vite ou s’emballer trop vite.
  • Attendre la fin d’un contrat pour reprendre la prospection.
  • Confondre chiffre d’affaires et bénéfice.

Quelques astuces au niveau organisationnel

  • Il faut tout d’abord organiser son temps et son environnement. Définir le temps que l’on peut consacrer à son métier, car il doit être important, le travail à temps partiel n’étant pas possible dans le télétravail.
  • Le télétravailleur ne peut pas organiser son travail dans un créneau horaire strict, il doit accepter de travailler à la tache, voire au résultat.
  • Pour durer, il faut s’organiser d’une façon aussi rigoureuse que lorsque l’on est salarié, mais en ayant une liberté de choix.
  • Se faire des tableaux Excel pour tout : liste des prospects en cours, des affaires, des entrées et des sorties d’argent prévues et réalisées.
  • Chercher des partenaires pour combler ces zones de faiblesse ou de non compétence.

Quels sont les meilleurs moyens pour obtenir des clients ?

  • La prospection.
  • La publicité, même si le retour n’est pas immédiat.
  • Le réseautage, le carnet d’adresses, le bouche à oreille, les amis.
  • Utiliser Internet et les places de marchés d’appels d’offres.
  • Inciter vos clients à vous recommander.

Dans quels cas peut-on dire « non » à un client ?

  • S’il est indécis sur ses choix.
  • Trop d’exigences pour un tarif non adapté.
  • Mission trop importante par rapport au délai demandé.
  • Une révision des prix à la baisse.
  • L’absence de compétences nécessaires.

Quelques astuces au niveau commercial ?

  • Il faut faire de la prospection presque 3 jours sur 5.
  • Soyez souriant, même au téléphone.
  • Ecoutez le prospect plutôt que faire un monologue.
  • Faites toujours des propositions par rapport à la mission, l’adaptation est primordiale.
  • Il est très important, lorsque vous avez répondu à une offre, de relancer le client, les décisions d’une entreprise se font en général sur 6 mois.

Comment gérer sa vie privée ?

  • Impliquer ses proches dans la démarche, surtout lorsqu’ils ne sont pas télétravailleurs. Votre liberté apparente comporte des contraintes équivalentes aux leurs.
  • Il faut se ménager des “jours de fermeture” où le privé domine sur tout. Télétravailler, cela ne veut pas dire 7j/7 et 24H/24….
  • Se faire un planning du travail à faire, noter toutes les taches à réaliser et s’obliger à décrocher.
  • Si vous avez des enfants, sachez qu’une fois à la maison ils vous perturberont si personne ne s’en occupe, ne cherchez pas à travailler à ce moment-là, ce ne sera bénéfique ni pour vous ni pour eux.

 

Remerciements à : Nathalie Bouffet, Stéphane Jean Bourhis, Martine Catalan, Valerie Cohiniac, Anne Fimbel, Catherine Gallien, Paul Laget, Pierre Le Goc, Carole Nègre, Daniel Van der Meeren, Salvatore Vurruso.