Relation client et digitalisation
Cyberworkers

Historique du télétravail

Vous êtes télétravailleur et cherchez des missions ?

Pour les passionnés de l’histoire d’Internet, cette page nous rappelle que les frères Chappe inventent le télégraphe optique en France en 1792…

1950 : Norbert Wiener, le père de la cybernétique, évoque le cas d’un architecte vivant en Europe qui supervise la construction d’un immeuble aux Etats-Unis sans avoir à se déplacer, grâce à l’utilisation de moyens de transmission de données.

1972 : Alvin Toffler, dans son livre “Le choc du futur”, annonce la migration possible du bureau vers le domicile.
L’entreprise française R2E commercialise Micral le premier micro-ordinateur.

1980 : Le Minitel (pour « Médium interactif par numérisation d’information téléphonique ») est lancé par le ministère des Postes et Télécommunications en France.

1984 : Steve Jobs d’Apple Computer, lance le Macintosh, le premier micro-ordinateur personnel avec une interface graphique.

1989 : Tim Berners Lee met au point le système d’affichage World Wide Web. En 94, le web compte 10.000 serveurs et 10 millions d’utilisateurs.

1992 : Projet pilote de télétravail dans la fonction publique fédérale au Canada.

1996 : Lancement du site Cyberworkers.com

2002 : Signature d’un accord-cadre sur le télétravail par les partenaires européens.

2012 :  La notion de télétravail salarié rentre définitivement dans le code du travail français.

Selon l’OCDE, presque tous les entreprises de l’UE disposent d’une connexion internet.

 

 

Source : OCDE

 

Rêve fantasmé à une époque, le télétravail est aujourd’hui devenu une réalité économique, la sous-traitance une nécessité, pour être plus compétitif et productif face aux grands groupes et à la délocalisation.

C’est aussi une solution pour retrouver une qualité de vie et participer au développement durable de notre environnement.

Selon le Centre for Economics and Business Research de 2012, “chaque automobiliste passe une moyenne de 47 heures bloqué dans des embouteillages. Cette perte de temps coûtent chaque année pas moins de 5,9 milliards d’euros à l’économie française. 568 millions d’euros sont perdus dans le « carburant gaspillé », 3,5 milliards dans le temps ainsi perdu, et 1,8 milliard se répercutent sur les prix à la consommation. Soit une dépense de 677 € par foyer« . Cette étude a été mené à Paris qui concentre 40% des embouteillages français.

En outre, le télétravail s’est accentué dans un contexte sociétale où fatigue et stress au travail marquent les esprits. D’après une étude du cabinet Stimulus, 24% des salariés français se trouvent dans une situation d’hyper-stress au travail. Ils peuvent avec le télétravail ajuster leurs horaires, sans avoir leur employeur ou manager sur le dos ou le stress d’arriver en retard.